L’actualité universelle de mi-2016 !

Les actualités de l’infiniment grand sont toujours là ! Lisez les maintenant !

Nombre de vue(s): 3 034 vue(s)

Après les actualités communautaires, et alors que l’été approche, c’est au tour des actualités de l’espace d’être reprises sur les derniers événements ou annonces parvenues du cosmos. Nous vous souhaitons donc une agréable lecture de l’actualité universelle de ce milieu d’année 2016 !

La sonde Juno, bientôt en orbite de Jupiter !

Vue d'artiste de la sonde en orbite jovienne.

Vue d’artiste de la sonde en orbite jovienne.

Juno est une sonde spatiale conçue par la NASA, qui avait été lancée en orbite par le puissant lanceur Atlas V le 5 août 2011 vers Jupiter, la géante gazeuse la plus « proche » de nous. En effet, cette sonde marche dans les pas de son aînée, la sonde Galileo (qui avait été lancé en 1989 par la navette, et avait atteint Jupiter en 1995), qui avait permis d’effectuer un grand pas dans la compréhension de ce géant de gaz, ainsi que de son cortège de lunes. Juno possède en outre deux particularités, l’une de conception, et l’autre de mission. Tout d’abord, elle est alimentée par des panneaux solaires d’une dizaine de mètres de long, ce qui est assez exceptionnel vu que Jupiter orbite cinq fois plus loin du soleil que la Terre. En effet, l’intensité de la lumière, et donc le rendement des panneaux solaires, diminue au carré de la distance, donc ceux de Juno seront vingt-cinq fois moins efficaces en orbite de Jupiter que de la Terre. C’est la sonde alimentée par cette méthode la plus éloignée jamais envoyée, en raison des risques de retombée radioactive en cas d’échec au lancement si elle était alimentée avec des RTG. Ensuite, Juno se placera en orbite polaire de Jupiter afin d’étudier les pôles de la planète, une véritable première technologique. Elle doit percer certains mystères, comme la présence d’un noyau rocheux au sein de la planète.

À ces fins, le véhicule de 3,5 tonnes embarque deux tonnes de carburant, près de 200 kilos d’instruments scientifiques et une protection radiative de cent kilos afin de protéger les éléments sensibles de la puissante magnétosphère de Jupiter capable de perturber les circuits électroniques. Le reste de sa masse est constitué de sa structure. Les instruments doivent permettre de valider le mode de formation de la planète ainsi que vérifier sa teneur en eau. Comme souvent, la sonde est spinnée sur elle même à un rythme de 2 rotations par minutes une fois autour de la planète. La sonde a utilisé à une seule reprise l’assistance gravitationnelle de la Terre, en 2013 afin d’accélérer suffisamment pour obtenir une trajectoire directe vers Jupiter, et elle doit effectuer une injection de trente-cinq minutes le 3 août 2016 pour se placer en orbite. Avec ExoMars et Juno, 2016 va être une année chargée pour l’exploration inhabitée du système solaire !

Le premier module gonflable envoyé dans l’espace !

Le module BEAM arrimé au module Tranquility.

Le module BEAM arrimé au module Tranquility.

Le module BEAM (Bigelow Expandable Activity Module, ou Module d’Activité Extensible Bigelow) est un module fabriqué par la société Bigelow, lancé par Falcon 9 et amarré par le bras d’assemblage Canadarm 2 au module Tranquility de la Station Spatiale Internationale. Mais à la différence de la plupart des autres modules, celui-ci est expérimental : en effet, il se gonfle afin d’atteindre un volume de 16 m3 pour une masse de 1400 kilos, soit très inférieur aux autres modules qui dépassent souvent les dix tonnes. Deux avantages apparaissent par rapport aux modules rigides classiques. En premier lieu, cela permet de de gagner en compacité au lancement : les module pressurisés n’auraient quasiment plus aucune contrainte venant du diamètre de la coiffe du lanceur ! Deuxièmement,  BEAM est constitué d’une succession de couches légères mais résistantes, qui gonflent en largeur et en longueur une fois l’air injecté dans le module, ce qui lui permet d’atteindre cette masse très faible. Les conditions à l’intérieur seront périodiquement consultées par des capteurs et il sera visité une fois tous les trimestres par l’équipage, car il n’est que testé, et n’aura aucune autre fonction. Sans le moindre doute, nous pouvons affirmer que cela représente l’avenir de l’exploration spatiale habitée.

Un nouveau lanceur lourd chinois !

Le lanceur sur le pas de tir.

Le lanceur sur le pas de tir.

La Chine n’est pas en reste sur le plan spatial, avec l’inauguration de leur nouveau lanceur répondant au nom poétique de CZ-7 (série Longue Marche) part un lancement réussi le 25 juin dernier depuis un nouveau pas de tir plus proche de l’équateur édifié à l’occasion. Il est capable de placer en orbite une charge utile de 13 tonnes en orbite basse et 5,5 tonnes en orbite héliosynchrone. En effet, la Chine devient l’un des acteurs majeurs sur le plan spatial, et l’ascension en terme de technologie a été fulgurante depuis le premier vol spatial habité en 2003. Elle possède déjà un vaisseau spatial polyvalent, Shenzhou très inspiré dans sa conception du célèbre Soyouz russe. Lancé par le CZ-7, il s’amarrera à la future station orbitale chinoise qui verra le jour durant la décennie 2020 et qui sera conçue de plusieurs modules eux aussi tirés par le lanceur. Pour en revenir à ce dernier, il dispose d’une architecture classique se décomposant en deux étages, équipés pour limiter les coûts du même moteur YF-100 à la fois puissant (122 tonnes de poussée) et performant (une impulsion spécifique variant entre 300 et 335 secondes) que l’on retrouve en deux exemplaires sur le premier étage et un seul sur le second. Des propulseurs d’appoint sont apposés sur le premier étage, et la masse totale de l’engin au lancement avoisine les 600 tonnes. Le programme spatial chinois prend de l’ampleur !

Nous espérons que vous avez apprécié cet article, n’hésitez pas à nous donner votre avis dessus, et d’ici à la prochaine fois, fly safe !

10 réflexions au sujet de « L’actualité universelle de mi-2016 ! »

  1. Waaah mais c’est que c’est génial tout ça *~*

    Ça promet du lourd en tout cas, ça va être bien sympa !

    Superbe article en tout cas =)

  2. Merci pour l’article ;) je pensais que les modules gonflables étaient déjà utilisés … parce que je les avais vue dans un mod de KSP HAHAHA :lol:

  3. Super article ! Il aurait été écrit un jour plus tard tu aurais pu mettre le nouveau booster de la NASA (qui dure 2 min quand même =p )

    Bref rien à redire , il m’a appris certaine chose :D

  4. Malah a écrit :Merci pour l’article ;) je pensais que les modules gonflables étaient déjà utilisés … parce que je les avais vue dans un mod de KSP HAHAHA :lol:

    Bah en fait il y a déjà eu des test hors atmo si mes souvenirs sont bon, mais jamais accroché à l’ISS. Là c’est un première ^^

Laisser un commentaire